Urbex #4 : Les Grands Moulins de Paris

Cela faisait un petit moment que ça me démangeait : une sortie Urbex. Depuis le 1er avril, date à laquelle où j’étais allé à l’HH2, le temps de notre belle région qu’est le Nord ne permettait pas grand chose. De la pluie, de la pluie, et encore de la pluie – les plus médisants diront qu’il pleut toute l’année de toute façon, ce qui n’est pas foncièrement faux. Aujourd’hui, le soleil était enfin au rendez-vous ! Ni une, ni deux, je me dis qu’il faut que j’aille quelque part, mais où ? Ma connaissance des lieux abandonnés étant un peu restreinte, je sais cependant qu’il y a une grande usine à l’abandon pas très loin de Lille. La localisation est facile, ce sera donc les Grands Moulins de Paris pour ce mardi 1er mai. Comme son nom de l’indique pas, cette usine se trouve donc à côté de Lille, et non à Paris. Il s’agit en fait d’une minoterie – un établissement où se préparent les farines – gérée à l’époque par la société « Grands Moulins de Paris ». Construite en 1923, l’usine est fermée depuis 1989.

Une quinzaine de minutes me sépare de ce lieu, mais c’était sans compter les manifestations qui ont lieu aujourd’hui. Je trouve tant bien que mal une route dégagée et j’arrive sans encombre sur les lieux facilement repérable à des kilomètres à la ronde. Je suis à priori seul sur le site, enfin, ça, c’était pendant seulement quelques secondes. A peine le temps de garer la voiture et j’en vois trois autres arriver. Je leur laisse une place pour se garer, ils me remercient et j’en profite pour leur demander ce qu’ils viennent faire ici. Réponse : de l’airsoft ! Super, le shooting photo s’annonce sportif. Durant les deux heures où je suis resté sur place, il m’a donc fallu éviter les pièges liés à la configuration des lieux – parce qu’ici, pas question de mettre un pied sur du plancher, sinon c’est la chute de plusieurs dizaines de mètres assurées – mais aussi éviter les balles.

Ceci dit, j’exagère un peu le trait. Les « airsofteurs » ont fait super attention et m’ont même annoncé aux autres dès qu’ils me repéraient. J’ai eu quand même droit à une mise en joue en règle au détour des escaliers, heureusement aucune balle n’a été tirée.

L’idée de devoir passer sous le feu des fusils à chaque changement de bâtiment me refroidit un peu et je me dis que je reviendrai une prochaine fois quand tout sera un peu plus calme, et surtout à deux car le site est tout de même extrêmement dangereux.

Comme d’habitude, pour terminer voici la série de photo :

Urbex #4 : Les Grands Moulins de Paris
Notez cet article
Tags from the story
,

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.