Bruges au fil des canaux

Ceux qui nous suivent sur Facebook et Twitter l’auront compris, nous sommes partis sur un coup de tête à Bruges mi-aout. La Belge n’était pas au courant et je lui annonce le vendredi à 19h que nous partons immédiatement pour la Venise du Nord. Située à seulement 45 minutes de Lille, c’est la destination idéale pour un weekend, qui plus est avec une température frôlant les 30°, exceptionnel pour nous !

Le trajet est rapide et nous cherchons une place pour nous garer. Évidemment, tout est payant (et on ne veut pas payer 20€ par jour de parking !) mais certaines zones à disques existent malgré tout. La Belge étant équipée de ce fameux disque, nous trouvons une rue qui nous servira de parking durant tout le weekend. Seul désagrément, le disque n’est valable que 4h, il faudra donc que nous repassions régulièrement mais vous le verrez, tout s’est bien goupillé pour nous !

Direction l’hôtel Bourgoensch Hof pour prendre nos quartiers. L’accueil est sympathique et l’hôtel est situé au bord du canal, génial pour la vue, surtout au p’tit déj ! Pour cette première soirée, on fait connaissance rapidement avec la ville et on passe notamment pas la grande place et le Beffroi.

Après une nuit tranquille et un petit déjeuner copieux, c’est parti pour la visite de la ville ! Direction l’office du tourisme où on récupère un guide proposant plusieurs idée d’itinéraires de balades. Ce guide en compte trois avec les explications de chacun des points d’intérêts. A un prix de 2.50€, c’est un très bon investissement et vous pourrez du coup vous passer de l’achat d’un Lonely Planet pour peu que vous ayez fait quelques recherches sur des restaurants sympas avant de partir.Depuis l’office du tourisme, le premier itinéraire remonte par l’une des rue principale qui va jusqu’à la place principale de la ville, le Markt. De là, nous décidons de monter en haut du Beffroi. Petit avertissement : ce n’est pas parce qu’il n’y a que quelques personnes dans la queue que l’attente ne sera pas interminable. Le beffroi ne peut accueillir qu’un nombre limité de personnes et tant que quelqu’un n’en sort pas, personne ne rentre. Du coup nous passons 1h15 à attendre dehors mais le beau temps est au rendez-vous alors nous nous faisons une raison. Le point culminant du beffroi est grillagé, déception. Cependant, chaque étage de la visite apporte son lot de surprise comme par exemple cette énorme machine qui permet de faire sonner les cloches.

Nous redescendons au bout de 45 minutes et nous allons manger une frite (comme le dise les belges) à la friterie au pied du beffroi. Petit anecdote au passage : l’emplacement de la friterie est mis aux enchères tous les trois ans afin qu’il n’y ait pas de monopole sur les ventes. On continue cette première journée vers le sud, en direction du Beguinage, sorte de ville dans la ville où les béguines vivaient à l’époque. Depuis le début du siècle, cet endroit est devenu un monastère bénédictin. Les groupes étant interdits d’entrée, cet endroit est un véritable havre du paix dans lequel nous aurions bien passé le reste de la journée tant nous sommes loin du brouhaha de la ville. Nous finissons la journée par la visite de la dernière brasserie de Bruges, la De Halve Maan qui brasse entre autre la Fou de Bruges.Pour ce second jour, nous avons décidé de visiter les anciens moulins situés à l’est de la ville. Mais avant toute chose, rendez-vous de bonne heure pour un petit tour en bateau sur les canaux. Nous avons une réduction de quelques euros grâce à un coupon que nous a donné l’hôtel, génial ! Le petit tour est agréable même s’il ne faut pas rêver concernant les conditions dans lesquels vous ferez le tour : les bateaux sont pleins, pour le romantisme, on remettra ça à plus tard. Une bonne demie-heure plus tard nous revoici sur les quais et nous partons dans un premier temps vers le Nord de Bruges et nous passons devant le musée de la frites et celui du chocolat. Nous ne nous y attardons pas et nous partons directement vers l’est, direction les moulins. Au 16ème siècle, une trentaine de moulins se tenaient là. Aujourd’hui, il n’en reste plus que quatre , la faute à la baisse de consommation de pain au 18ème. Ceux qui sont toujours là sont magnifiques et nous regrettons de ne pas avoir pris de pique-nique pour se poser quelques instants dans les grands espaces verts qui se trouvent juste devant. On repart tranquillement vers le centre ville et on s’arrête au Café Vlissinghe, le plus ancien de Bruges qui sert à manger et à boire depuis 1515 !Notre visite de Bruges s’achève par un petit tour dans le centre ville, encore une fois. Bruges est une ville qui su nous surprendre car chaque coin de rue apporte son lots de découvertes et ses canaux apportent un charme extraordinaire au lieu. Nous nous jurons d’y retourner un jour, et puis après tout, il n’y a que 45 minutes de route depuis Lille !

Bruges au fil des canaux
Notez cet article

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.