Urbex #8 : Université de Val Benoit

Il y a des lieux comme ça qui sont très spéciaux. Imaginez-vous au beau milieu d’une université de 20000 étudiants, mais complétement abandonnée ! Surréaliste. Cette université dont le lieu est facilement localisable est à priori étroitement surveillée, pour preuve le nombre hallucinant d’autocollants et de pancartes le signalant sur toutes les clôtures. Malgré tout, nous réussissons à nous frayer un chemin et nous ne sommes à priori pas seuls. Après être tombé sur un bâtiment servant de squat (mais inoccupé), nous croisons trois personnes passablement éméchés qui nous demandent si on aime aussi les tags, les graffitis et fumer des ******.  Évidemment, ce n’est pas le cas, mais nous hochons la tête pour ne pas les froisser. Ils ont bien réussi à entrer dans un bâtiment mais celui-ci nous parait entièrement vide, nous continuons donc notre route. On trouve enfin un accès à un bâtiment qui semble être un atelier de mécanique, mais il n’y a rien à l’intérieur et des dizaines de chaises s’entassent dans les couloirs. Rien de bien intéressant donc.

On continue notre exploration pour enfin trouver un accès très discret vers le bâtiment de Chimie. Ça y est, nous y sommes, les trois étages sont à nous ! Les paillasses sont encore là, quelques produits chimiques aussi tout comme les vieilles machines à écrire. Avant de partir, j’étais allé jeter un coup d’œil aux photos d’autres urbexeurs et j’avais pu remarquer plusieurs fois qu’un grand amphithéâtre devait toujours être en plutôt bon état. Après plus d’une heure, toujours pas d’amphithéâtre en vue, je commence à me demander s’il ne se trouverait pas dans un autre bâtiment. On se balade de salles en salles, de secrétariats en secrétariats et ça y est, il apparait enfin ! Il est grand, le tableau est toujours là et ce qui devait être un rétroprojecteur aussi. On passe une bonne demi-heure à prendre des photos, et nous décidons enfin de sortir de ce bâtiment qui semble également en parti squatté.

Après trois heures passé sur le site, nous ne nous attardons pas plus longtemps, des ouvriers ont l’air d’être dans le coin et les autres bâtiments n’ont pas l’air vraiment facile d’accès.

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.