L’Egypte est-il un pays dangereux à visiter?

Tout le monde nous pose cette question : l’Egypte est-il un pays dangereux ? Sur base de notre vécu sur place et de notre ressenti, on vous livre quelques éléments de réponse.

Ce que dit le gouvernement français sur l’Egypte

Si vous ne le faites pas encore, c’est un bon réflexe à prendre : avant chaque voyage, direction le site du gouvernement français France Diplomatie pour jeter un œil sur les zones à surveiller lors de votre périple. En Egypte, ça donne actuellement quelque chose comme ceci :

Voyage egypte danger 2018

Pas très rassurant n’est-ce pas ? Les zones rouges sont omniprésentes, il n’y a aucune zone verte en vigilance normale. A vue d’œil, c’est un pays à éviter. Et pourtant, nous n’avons pas hésité une seule seconde avant d’acheter nos billets d’avion.

Ce que disent les autres pays sur la France

Pour mettre les choses en perspective, on a mené notre petite enquête sur ce que les gouvernements étrangers conseillent à leurs ressortissants quand ils parlent de la France :

Ce que le Canada indique:

France – Faites preuve d’une grande prudence en France en raison de la menace terroriste actuellement élevée.

Ce que l’Australie indique sur la France

Exercise a high degree of caution in France due to the high threat of terrorist attack. Be alert.

Ce que les Etats Unis indique sur la France

Exercise increased caution in France due to terrorism.

Autant dire que ce n’est pas folichon. Et pourtant, je pense que la plupart d’entre nous ne nous sentons pas particulièrement en danger au quotidien. Les gouvernements jouent évidemment la carte de la précaution poussée parfois à son paroxysme et ont souvent des avis très tranchés dès lors qu’un pays est une dictature ou que des attentats ont eu lieu ces dernières années. Ce qui est bien entendu parfaitement compréhensible !

C’est le cas notamment de l’Egypte avec la révolution de 2011, sans parler des groupes armés qui font régulièrement des incursions dans le pays.

Et nous dans tout ça, quel a été notre ressenti : l’Egypte est-il un pays dangereux?

Nous avions déjà eu affaire à une carte majoritairement remplie de rouge lors de notre voyage en Birmanie en 2013, et à aucun moment nous ne nous étions senti en insécurité.

Pour notre première découverte de l’Egypte, nous ne nous attendions pas à sortir du classique Le Caire – Assouan – Luxor – Abu Simbel qui sont hors zones rouges. Malgré tout, nous aurions bien aimé aller faire un tour du côté du monastère Sainte Catherine situé dans le sud du Sinaï. La distance depuis Le Caire nous a fait opter pour d’autres options, mais nous avons pu discuter avec des personnes qui y sont allés sans problème, malgré les très nombreux postes militaires qu’il faut traverser en bus.

Le sud du Sinai, malgré le fait qu’il soit en zone rouge, semble être assez sécurisé. Les zones de Charm El Shaik jusque Dahab sont remplis de Resorts tous plus vides les uns que les autres, faute de touristes. La zone Nord quant à elle, semble vraiment dangereuse. Lors de notre séjour en Egypte, il y a eu l’un des pires attentats que le pays ait connu avec près de 350 morts dans cette zone proche d’Israël.

Sachez qu’officiellement, il est interdit d’aller dans les zones rouges et les agences de voyages ne vous y emmèneront pas. Nous souhaitions par exemple aller dans le White Desert, ce à quoi les agences nous ont répondu :

Dear Jeremy
Have a nice day
Please note that tours to western desert are not allowed at the moment
Sorry to say that but it is high authorities decision
Thanks
Saleh

Malgré tout, il suffit de se rendre sur la place Tahrir pour réussir à négocier sans aucun problème une journée ou deux en 4*4 dans le désert proche du Caire. Nous ne l’avons pas fait nous-même mais nous avons rencontré des espagnols qui y sont allés. Et on est convaincu qu’il est possible d’aller bien plus loin, mais ça, ce sera à vos risques et périls.

Le danger sur les routes en Egypte

Là, il faut bien le dire, les routes semblent super dangereuses. Que ce soit en centre ville ou à l’extérieur des villes, les quelques chauffeurs de taxi à qui nous avons eu affaire nous ont fait vivre un cauchemar. Sur une sortie d’autoroute, notre chauffeur au Caire était tellement pressé qu’en doublant un camion par la droite – ouioui, sur une bretelle de sortie – il a failli écraser 7 militaires. Aucun problème pour lui, il les a engueulait et ne s’est même pas arrêté …

La sécurité au Caire

Au Caire, nous ne nous sommes jamais sentis en insécurité, que ce soit dans les rues, le souq (que nous avons fait bien après le coucher de soleil), ou les musées. Les contrôles de bagages sont omniprésents à l’entrée du musée du Caire par exemple et mon stabilisateur Zhyuin a failli rester à l’extérieur ! Il avait pourtant passer avec succès les deux premiers scanners, mais il a fallu batailler dur avec le dernier contrôleur pour expliquer à quoi ce truc peut bien servir.

La sécurité sur les sites de Louxor, Assouan, Karnak

Sur les sites touristiques, une large force militaire est présente, que ce soit aux entrées des sites ou à l’intérieur. Là encore, nous n’avons eu aucune sentiment d’insécurité malgré une situation qui a tout de même mérité une certaine vigilance de notre part.

Nous avions lu sur différents blogs et forums que les militaires pouvaient tenter de vous emmener à l’écart pour ensuite essayer de vous sous-tirer quelques livres égyptiennes. Et forcélent ces militaires sont armés, il aurait alors été difficile de renoncer. Nous étions donc à Louxor avec un canadien et une suissesse, et puis nous nous rendons compte que nous avons perdu le canadien de vue. Ni une ni deux, on repense à ce que nous avons lu sur internet et nous partons à sa recherche. Un militaire l’avait effectivement emmené à l’écart pour lui « montrer quelque chose d’exceptionnel ». Je pense que nous sommes arrivés à temps, mais il n’était pas au courant de ces pratiques. Vigilance donc.

Les convois vers Abu Simbel

Adieu les convois d’Assouan à Abu Simbel. Il fut un temps où les bus en partance pour Abu Simbel se retrouvaient au barrage d’Assouan pour être escortés sur la centaine de kilomètre d’asphalte à parcourir en plein milieu du désert. Aujourd’hui, la zone est sécurisée, et même si les bus partent tous à la même heure le matin d’Assouan – ce qui donne une impression de partir en convoi – il n’y a plus d’escorte et des taxis vous y emmèneront à n’importe quel moment de la journée.

Un sentiment bizarre au temple d’Abydos

C’est certainement le seul moment où nous nous sommes dit : « mais qu’est-ce qu’il se passe ici ?« . Retour sur cette histoire que nous n’expliquons toujours pas. Nous logeons dans un superbe endroit à Luxor, sur West Bank, c’est à dire à l’ouest du Nil. Nous souhaitons nous rendre à Abydos et à Qena, deux temples magnifiques situés au nord de Louxor et où très peu de touristes font un arrêt. La veille au soir, on organise notre excursion avec un taxi trouvé non loin de l’hôtel : le rendez-vous est donnée pour le lendemain matin, 7h pétante pour un premier trajet vers Abydos, puis nous irons à Qena, et nous rentrerons par la route côté Ouest du Nil, chemin le plus rapide.

L’aller vers Abydos se passe sans encombre, nous arrivons devant le temple qui se situe au centre ville. Aucune autre voiture ou bus à l’horizon. Un militaire vient nous chercher au taxi, nous amène à l’entrée du site, contrôle des bagages d’usage, puis un autre militaire prend le relais pour nous emmener directement à l’entrée du temple. C’est la première fois que nous sommes escortés de la sorte.

Nous bouclons notre visite en 2h, le militaire nous ramène au poste d’entrée puis le second militaire nous emmène au taxi. C’est là que les choses se corsent : il est midi, on a faim ! On dit à notre taxi qu’on va manger dans le coin, s’en suit une discussion en arabe entre lui et le militaire, des locaux s’en mêlent. Notre chauffeur nous dit qu’il n’y a aucun endroit où manger dans les environs mais il peut nous emmener dans un hôtel de luxe pour y manger si on le souhaite. On est perplexe, d’autant plus qu’on remarqué qu’à 50m de là il y a justement un endroit où manger. Malaise, notre chauffeur n’est visiblement pas enchanté à l’idée (il venait pourtant de sortir de cet endroit où il a bu son café), le militaire non plus. Et puis tant pis, on se dirige vers ledit restaurant, un local nous dit « no problem no problem », le militaire le réprimande et est plutôt du genre « yes problem yes problem ».

Fin du premier épisode, on s’assoit, on mange l’un des meilleurs repas que l’on ait mangé durant nos deux semaines en Egypte, ils essayent de nous faire payer deux fois le prix, malheureusement pour eux nous sommes avec une fille qui vient en Egypte tous les hivers depuis 14 ans et qui a des notions d’arabes. Elle les remet dans le droit chemin en moins de deux minutes et on paye le même prix que les locaux! On a également voulu marcher un peu autour du temple, dans le centre d’Abydos, refus catégorique. On ne sait toujours pas s’il s’est passé quelque chose de particulier dans cette ville au point que toutes nos demandes soient accueillies par la négative!

Voyage egypte risques

Temple d'Abydos


Temple d'Abydos

Temple d'Abydos

Temple d'Abydos

Direction Qena pour la seconde étape, les checkpoints sont omniprésents : on arrive à un barrage, les militaires prennent nos nationalités, les communiquent au prochain checkpoint. Parfois, nous sommes accompagnés par une jeep remplie de militaires armés. La zone est pourtant jaune claire sur la carte du gouvernement et il ne s’y passe visiblement pas grand chose de particulier.


Temple de Qena

Temple de Qena

Temple de Qena


Temple de Qena

Temple de Qena

Nous ressortons assez tard du temple de Qena, il est 17h, le soleil commence à se coucher, c’est là que les choses se compliquent. Nous passons le premier checkpoint sans trop de problème, le militaire est content de voir des étrangers, il n’y a clairement pas grand monde qui vient dans le coin. Je tente une blague qui le fait rire à en mourir : il nous demande notre nationalité, je lui répond que nous sommes chinois. Il appellera ses collègues pour partager ma super blague. On repart avec une bonne poignée de main, on s’est fait un copain et on lui a fait sa journée!

Le deuxième checkpoint est moins drôle, on nous refuse le passage. La raison : comme nous logeons sur la rive ouest à Louxor, nous essayons de descendre par la route du désert, ce que les militaires refusent la nuit tombée. Nous n’avons aucune idée ce qu’il peut s’y passer la nuit, mais nous sommes vraiment proches du Nil et la zone n’est absolument pas dangereuse. Les militaires veulent pourtant absolument nous faire passer par l’Est. Notre chauffeur n’est vraiment pas content et à raison : il va falloir rallonger le trajet de près d’une heure, puisqu’il faudra descendre jusqu’à Louxor, puis rallonger au sud jusqu’au barrage, traverser le Nil, puis remonter jusqu’à notre hôtel! Je parlemente avec les militaires, ils sont nombreux, très nombreux. Nouveau refus. Je descend du taxi, je vais voir la jeep des militaires et je dis que je veux parler à leur supérieur, il nous escorte un peu plus loin au prochain checkpoint. Le Capitaine téléphone au Général responsable de la zone, il me le passe, je négocie, rien à y faire, ils refusent de faire circuler le moindre touriste à l’ouest la nuit tombée. Avec autant de militaires autour, je ne sens pas trop le coup du bakchich et je n’ai absolument aucune idée combien je suis supposé leur donner. On lâche l’affaire et on fera notre détour d’une heure par le barrage. Mais bon, j’ai parlé avec un Général, et ça c’est la classe.

Conclusion ? Nous n’avons aucune idée de ce qu’il se passe à Abydos. Pourquoi n’avons-nous pas le droit de visiter la ville ? Pourquoi tant d’escortes ? Pourquoi la partie ouest du Nil entre Qena et Louxor est interdite la nuit tombée ? Est-ce que c’était purement situationnel ? Est-ce que d’autres militaires nous auraient laissé passer ? Et même si nous ne nous sommes jamais senti dans l’insécurité, cette histoire a quand même attisé notre curiosité.

Voilà pour notre ressenti sur la sécurité en Egypte. Alors évidemment le danger zéro n’existe pas et nous ne sommes personnes pour dire qu’il n’arrivera jamais rien, mais si vous nous demandiez si l’Egypte est un pays sûr et si la situation actuelle de cette zone telle qu’elle nous est exposée est véridique, nous répondrions : « N’hésitez pas, ce pays est magnifique, les gens y sont accueillants, allez -y, foncez !« 

L’Egypte est-il un pays dangereux à visiter?
4.5 (90%) 2 votes
Tags from the story
, ,

8 Comments

  • Le danger est partout, que ce soit en Egypte ou ailleurs. Perso, je n y retournerai helas pas, pour des raisons personnelles. je dirai juste prudence sur les routes. merci pour les photos, je voyage a travers vous

  • Super bien de rappeler que la France n’a pas une super image point de vu sécurité, cela permet de relativiser pour les futures destinations. J’étais parti en Egypte en 2009 et un an auparavant il y avait déjà eu une attaque terroriste à l’encontre des touristes, cela ne m’a pas freiné et je ne le regrette pas car c’est vraiment un pays a découvrir absolument, un musée à ciel ouvert incomparable!

    • Oh que oui, on pense toujours que les pays étrangers sont plus dangereux, alors qu’il suffit de regarder ce qu’il se passe à nos portes pour se rendre compte que c’est pas mieux … ! Et pour nous, pas de sentiment d’insécurité en Egypte ! :)

  • Ce n’est pas très rassurant tous ça. Pourtant l’Egypte doit être très beau à voir :)
    Pour ce genre de pays, c’est peut être plus intéressant de passer par une agence de groupe pour organiser un séjour en Egypte ?
    L’effet de groupe peut empêcher les locaux mal intentionnés de venir vers nous ^^

    • Le coup de l’escorte était un peu flippant, mais plus par le côté « on n’a jamais été escorté de notre vie » que par autre chose. Sinon le reste du temps on n’a jamais été inquiété :) Donc je dirais que sans agence de voyage il n’y a aucun problème ;)

  • J ai vraiment envie d aller en Egypte un jour, je ne pensais pas que les militaires pouvaient raqueter les touristes, ni même que ça devient compliqué de passer certains chekpoint de nuit. Merci pour toutes ces infos !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.